Seuils...                              (du 23 septembre au 23 décembre 2017)

(écriture quotidienne, à l'aube et au crépuscule)

Sur une proposition de Muriel Denis (Atelier de la Dalle): "Écrire un journal du dehors"

 

                                                                                                                                                          Les moulins tournent la nuit

                                                                                                                                                                                                                                                                    allument nos torches avec des lunes tremblantes

                                                                                                                                                                                                                                                                    se chargent de notre rogne

                                                                                                                                                                                                                                                                     et s'éloignent de nos portes

                                                                                                                                                                                                                                                                      avec les eaux du matin

                                                                                                                                                                                                                                                 Seyhmus Dagtekin (Élégies pour ma mère, Éditions Le Castor Astral)

 samedi 23 septembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

___________________________________________________________________

dimanche 24 septembre

 

quelqu'un à peine

tend un fil

trempé de larmes

entre la cendre nocturne

et le murmure infime d'un merle

qui froisse l'ensommeillement

fouillis de branches

 

obscur encore

 

***

 

un bruit sourd indéchiffrable

secoue la mort

ses corps multiples

qui attendaient muets

 

ils dégringolent

jusque dans les mains

 

tu

 

pleures

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 25 septembre

 

en amont de la clarté solaire

s'éclairent

les feuillages de la forêt

 

on voudrait

toucher le ciel

 

qui se souviendra

d'un rocher dérivant

sur un océan de brume?

 

qui se souviendra d'un père?

il

s'effaçait

sur la page jaunie d'un livre

 

là-bas grenier

rayé de lames de lumière

où dansait la poussière

 

 

on soulevait des caisses anciennes

 

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 26 septembre

 

obsidienne grainée du ciel

 

un pâle lait d'aube

vient abîmer

transversalement

le noir et ses cristaux

 

tu tentes un geste

vers ta sombre stridence

ton point de dire

mais ils s'éloignent

vols furtifs

 

toi

seul un rien d'air

 

entre tes doigts

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 27 septembre

 

gravir d'éveil délabré

la pente infime du jour

 

traîner la paille et une lourde dépouille

conglomérat de mémoire grise

 

on ne pourra séparer les strates

lèvres closes

 

on efface quelques plis

pour coucher l'enfant de terre pesant roc

une saveur de père

à la place de

la rivière calme

 

 

on borde la brume

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 28 septembre

 

quelque chose monte au jour

chaos d'ombres minérales

écho au brame

d'un cerf

pierrier de

fragments de langue

enchevêtrés

 

gorge érodée

on franchit un fil cendreux

de temps

cherchant un lieu

 

d'égarement

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 29 septembre

 

clarté

montant des herbes sèches

avant le jour

 

on est cela

 

cette basse langue

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 30 septembre

 

les bêtes debout

immobiles ou

ligne des images noires des bêtes

épinglées sur le ciel

qu'on longe

 

est-ce qu'on marche ou

quels yeux

 

nous lisent depuis le ciel?

 

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 1er octobre

 

une avancée massive au fond de la vallée

poussée des bêtes

 

vague dressée soudain

dans le silence

 

depuis toujours on reflue

en amont de soi

devant la submersion d'une foule

impénétrable

 

peut-être que là-bas

les cris naissaient

 

avec les corps...

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 2 octobre

 

on voudrait tisser

la laine de l'air

 

sous une capuche de brume

on scrute la lumière

naissante

 

un jour on était un enfant

muet

on observait

 

sur tes doigts tu comptes

 

les oiseaux absents

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 3 octobre

 

cette bruine de nuit

constellée d'invisible

 

un pan de brume aussi

glisse entre les plis du sol

 

on est

ce manteau de feutre blanc

celui qui couvre

l'absence

 

veilleur de silence

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 4 octobre

 

la voix percluse

de quelque chose qui dort encore

entrouvre un passage pour

des tremblements d'oiseaux

 

on secoue en soi

quelques graines aux enveloppes craquelées

 

on pourrait les semer

dans le feu du ciel

quand s'inverse

 

le puits de la bouche nocturne

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 5 octobre

 

on ne sait pas écrire

le lent éveil des choses

le ciel cramoisi

les retours furtifs

                   des chauves-souris

                  dans des recoins infimes

 

on attend

 

les mots s'esquivent dans le silence

 

un rayon de soleil enflamme

 

la cime de la forêt

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 6 octobre

 

un corps tombé de soi

est pris par

sombres vagues de

nuages

roulé avec

 

les cercles des dos

bouches ou quoi

enroulent le cri

 

jusqu'au vertige

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 7 octobre

 

sang et cendres mêlés sur

une même page

et la faille d'une déchirure

où on se glisse

 

elle en appelle à

un horizon intérieur

 

la ligne d'un semis de pleurs

est le sillon

où lèveront quelques gestes

indemnes

 

à l'issue de l'infini aveuglement

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 8 octobre

 

on coule avec

un fleuve de nuages

abandonné de sa source

 

là-bas un enfant

tombé d'une poche

pleurait en silence

 

la densité

d'un corps oublié

étant inférieure

à celle des nuages

on est ce fleuve

 

               de nuages

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 9 octobre

 

on entend

un autre monde

derrière le monde

 

un caillou de solitude

se déploie

quand la brume s'estompe

et s'évapore

 

corneilles et merles

ont franchi la berge

 

un fleuve silencieux

 

a franchi ses berges blanches

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 10 octobre

 

une caisse noire

portant ombrage au jour

 

tu te souviens

d'autres caisses

liées de vieilles cordes et

lestées de mort

 

tu attends

que les laines du soleil

s'accumulent autour de toi

 

tu

 

dessineras au noir

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 11 octobre

 

on tient en suspens

l'attente des murmures

respirant des gris

de jour naissant

 

depuis la terre

on sent monter une sève

non pas lumière

mais reflet

de la lumière solaire

 

s'annonçant à la source

 

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 12 octobre

 

on étale

un drap de fibres douces

 

il couvrait la peau fragile de la beauté

 

tout tremble dans le silence

 

pleur ne sera rosée mais

l'eau reflétée de ciel

une  soif

ancienne

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 13 octobre

 

on entend

à peine un éveil dans

la répétition de deux notes estompées

dans la nuit

 

on aperçoit peu à peu

entre les lignes de cette

partition

l'empreinte à demi-effacée

d'un corps

 

que l'on déchire

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 14 octobre

 

on s'imagine

traînant un paquet de hardes

contre le ciel

laissant traces de sang et de cendres vieilles

 

on voudrait ôter

les écailles de peau

durcie

marcher vers

un nord

 

minéral

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 15 octobre

 

l'encre des lettres

s'estompera sous

une faible brume

 

on couvre les pages

linge après linge

 

le livre est

succession des recouvrements

dans la voix de

 

ce qui se tait

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 16 octobre

 

jour

en amont du jour

 

on pourrait croire

qu'on pousse

des brouettées

de ce qui annonce la lumière

vers les sommets

de la montagne

 

un corps d'enfant était

appel

éperdu

 

on avance

sous des toiles grises

 

dans la clarté de l'aube

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 17 octobre

 

le berceau du ciel

sur le bord du jour

donne

sa victime infime

 

nous nous relèverons

avec un autre corps

couché

dans notre corps

sommes

une terre funèbre

nous sarclons semons

nous...

 

 

quel est le nom de notre bouche?

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 18 octobre

 

l'éveil des oiseaux

n'attend pas le jour

 

une rosée imprègne les noms

 

là-bas des mots

déformés par le vent

remontent vers le nord

 

la lumière qui hésite

 

s'écrit sans nous

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 19 octobre

 

on reste sur la rive

délabrée par la nuit

 

les oiseaux s'en vont sans nous

 

on transporte

des pelletées d'air gris

et de feuilles

mouillées par la pluie

que le vent

 

disperse

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 20 octpobre

 

on passe par

l'écume des nuages

puis quelque chose

est entraîné sur la pente:

chiffon graviers...

 

là-bas dans les puits de

décantation

reposent les mots

 

détritiques

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 21 octobre

 

on écoute

la rumeur régulière du vent

quelques éclaboussures

 

on devine

la pente douce des berges

les grands troncs dressés

qui détournent le souffle

 

poussière du corps

érodé est

infime

 

disparition

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 22 octobre

 

quelque chose en nous

s'abreuve

d'un gris de neige infime

langue contournant

quelques graviers de froid

 

on ne sait pas

tremper l'encre

aux cris doux des bouvreuils

 

mais on sait

le carmin des ponctuations

sans

 

voir

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 23 octobre

 

si on tourne le dos

contre le vent

on devient roc

on se couvre de nuages

gris

 

le cri d'un grand corbeau

trace dans l'air

une ligne noire

 

on cherche au sol

l'écho

la source sombre

d'où nos yeux

 

nous regarderons

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 24 octobre

 

muet gris rocher:

matière de corps

 

les cris d'un grand corbeau

effleurent au fond de la gorge

le souffle

qui tente de prononcer

le silence de

la langue inaudible de

 

ce qui se tait

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 25 octobre

 

regardant les branches de l'arbre

se décharner avec la venue du jour

on pourrait craindre

ce qui nous étranglerait dans l'ombre

mais on sait qu'une main

crispée dans la mort depuis toujours

s'est glissée dans notre main

écrasant nos doigts sur des lettres

depuis toujours

 

ânonnées en silence

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 26 octobre

 

l'un

bêcherait la terre

sous le brasier du ciel

cuirasse du dos et

racines pendantes

au bout des doigts

 

on pourrait peut-être

attiser un feu de terre

pour que le socle tremblant

qui nous porte

 

ne chavire pas

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 27 octobre

 

dans le ciel

l'échine écarlate d'un nuage et

une masse brumeuse obscure

sont deux guetteurs des antipodes

 

entre eux

nous ramassons

notre grammaire friable

nous la déposons

dans notre bagage infime

 

se vêtant d'un peu de jour

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 28 octobre

 

la forêt bruit sous

le vent du nord

 

le cri d'un chevreuil

rompt un instant

la rumeur continue

 

on enroule

cette ligne sonore vers

un autre sommeil

spirale lente

 

souffle sombre

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 29 octobre

 

quelque chose appelle

depuis

l'immense brasier du ciel

 

on forgerait bras d'enclume

 

pieds martèleront

rythmes interminables

échos

 

terre frappée terre frappée

 

s'ouvrant pour les morts

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 30 octobre

 

dans la rumeur de la forêt

coule une rivière sombre

cascades et rocs

 

des corneilles trament

un autre fil noir

 

on serre un fagot de froid

sur les épaules

on

remontera le jour pour

 

"construire un feu"

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 31 octobre

 

on disait:

une nuit fendue

par la hache du vent

 

on cherchait

les copeaux dans la langue

 

la mât noir

du grand sapin

souffle et renâcle

 

on voit s'agiter les lettres

 

qu'est-ce qui coule

dans le ravin creusé entre

 

nos deux mains?

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 1er novembre

 

les éveils d'oiseaux

sont des petits brasiers

d'herbes sèches

dans l'ombre

 

quelqu'un soufflera

sur des braises

et le froid mordra les dos

 

on frappera les feux

avec de longs rameaux d'écriture

et dans le jour

on restera sur le bord éboulé

 

d'un creusement

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 2 novembre

 

soustraire l'oubli

soustraire un peu de nuit

 

fouiller

dans des brouillons de ciel

de nuages écarlates

 

chercher bête qui vive

 

voilà l'oiseau...

 

collier de pépiements

 

on

 

s'égrène

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 3 novembre

 

un enfant sombre un arbuste

porteraient le flambeau

d'un requiem

le long de la forêt

donnant murmure

aux ombres froides

 

un jour

la lumière naissante

voudra les faire

torches lentes

 

mais

il se glissent

aux pattes des chevreuils

et s'éloignent

 

trottant furtivement

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 4 novembre

 

quelque chose

en avant dans l'air

sait

quelles bêtes mourront

ce jour

quand

déboulent les chasseurs

quand hurlent les chiens

 

nous

nous portons l'air

nous berçons l'air

et la mort des bêtes

nous berçons

la mort saccagée et

 

le deuil

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 5 novembre

 

un abécédaire du matin

détérioré quand

lumière et bruine

trouent ensemble les nuages

 

comme une sentence

vent

qui gribouille dans le dos:

ruiner le corps

écheveler la brume des bras

 

on se relève

laissant au sol

 

les loques et la boue

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________lundi 6 novembre

 

le jour tamise

quelques cendres et flocons gelés

 

on tasse

un peu de neige

dans le creux d'une main

 

un visage y est

inscrit

endormi

 

on tourne autour

d'un sommeil blanc

cherchant l'éclat la perle

 

on trace le secret infime d'une lèvre

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 7 novembre

 

bourrasques cognant contre le jour

 

avec des rives froides dans la gorge

nous courbons le dos

 

mains de rocs blancs

qui tentent de desceller des mots

de

briser des sommeils noirs

 

de marteler la cloche du vent

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 8 novembre

 

devant un estran de neige

quelqu'un dépose une ligne

de petits cailloux noirs

 

on lave l'encre

des mots silencieux

...

 

que la neige recouvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 9 novembre

 

la venue du jour

est pierre

immobile

soudée au sol par le gel

 

pierre:

son souffle sur

la lisière infime

d'une voix

égarée

où fond un tremblement

 

on regarde la paume

déchirée

ce que la terre a

absorbé

ce que l'eau grise de la lumière

 

a mélangé de ciel

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 10 novembre

 

on est corps

aux pieds mendiants

foulant un drap de neige

épaules de clarté infime

 

ce qui nous voit

est aveugle

 

quelque part

un battant d'ombre

 

heurte une cloche minérale

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 11 novembre

 

 mains de brasiers obscurs

 

lignes de naissance et lignes de mort

se mêlent dans les nuages

 

étouffement des feux

 

écrire est:

suivre les lignes

couvrir le ciel

 

chaos de l'encre

où tombent

les pierres et les oiseaux

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 12 novembre

 

ce serait

pieu fiché dans un vieux tronc

ce piaulement d'oiseau

qui se répète

nous loge une peur au cœur

 

corps ployé par

des roulements de nuages

bouche

renvoyée dans la nuit

 

on tente de suivre

celui qui est égaré

 

de marcher sans soi

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 13 novembre

 

on froisse là

dans l'aube sale

un chiffon de pleurs

 

un jour

on l'avait déchiré

dans une vieille toile raidie par

le sang des bêtes

 

maintenant

leurs dos de statues tournés contre le vent

 

elles attendent la mort

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 14 novembre

 

c'est encore là

loques de froid

battues par le vent

 

on se couvre du silence des bêtes

 

écume blanche serait

le troupeau disparu de la montagne

 

et le grand bâton

fiché en terre

autour duquel

 

tournent des oiseaux

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 15 novembre

 

une double lune

taillée dans l'air

froid:

berceau et cendres rondes

 

une matière d'enfant

se dissipait dans l'obscurité

veillée par

poudreuses poussières inclinées

 

lentille de cristal estompé

 

reflets diffractés d'un

souffle erratique

 

nouveau-né

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 16 novembre

 

pierres éreintées

souffle rescapé

 

et lui

porte sa main

arrachée

dans la douleur

 

suffocation écarlate

des rivières sanguines

 

dispersions des corps

qui dégringolent au fond

du ravin

 

des clameurs insomniaques

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 17 novembre

 

la porte du noir

obstruée par la nuit

heurtée par

un petit corps qui

repose au matin

sur le talus

 

un flambeau allumé

embrase le ciel

 

on retourne les nuages

dans des braises épaisses

 

quelqu'un dessinera des croix

 

dans les cendres froides

___________________________________________________________________________________________________________________________________________samedi 18 novembre

 

dans une

élévation de brume

choisir

les branches immobiles

un chant d'oiseau

 

dévoiler un jour d'étoupe

à travers le prisme terni

 

du regard

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 19 novembre

 

on avait des graviers de ciel

des étoiles 

entre les doigts

retirés du feu

 

ce qui s'éclaire

sur les tombes des morts

et ce qui vibre

dans la gorge

se confondent avec

la venue du jour

 

on pourra coudre 

des lambeaux de mots

balayer la poussière des cris

 

on alignera les braises

sur les pages

 

de l'écriture

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 20 novembre

 

on peut aussi

inattentive

franchir la première marche du jour

 

nous marcherions sans sol

une vie durant

désaccompagnés de nos propres corps

 

 

serions-nous?

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 21 novembre

 

on serait

friche ravaudée de nuit

 

têtes d'épis

cassés ou relevés

 

et quelques fronts

captent une clarté

qu'ils réverbèrent

 

en une boule de pain nu

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 22 novembre

 

nous enterrerons peut-être

dans nos poches délabrées

une étoile d'avant le jour

 

nous tentons d'accorder nos âcres mots

aux modulations des cris

d'un grand-duc:

résurgences de clameurs anciennes

 

qui perforent les rocs

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 23 novembre

 

on traîne encore les pieds

dans un lourd chemin de sommeil

quand résonnent

dans la forêt dans l'ombre

les trompes des chasseurs

 

un accablement

lourd comme une montagne

écrase

pilonne les mots...

 

on pose

la pierre précaire d'un silence

 

sur la stèle des bêtes

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 24 novembre

 

 

on tourne le dos au feu

 

on s'éloigne avec un bagage de cendres

 

un corps aux mains opaques

partage

matière d'air

 

qu'est-ce qui se réflète

sur la paroi translucide

de son dos?

 

d'où viennent 

 

deux corneilles noires?

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 25 novembre

 

voiles après voiles

devant les arbres

les uns après les autres

s'absentent et se succèdent

s'absentent et se succèdent

 

on recule le temps

 

heure après heure

 

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 26 novembre

 

frileuse tête d'épines

visage tailladé d'air glacé

on boit

au coin des lèvres

rondes larmes de froid

 

la soif d'un sel matin

est éveillée

braises claires

 

on se fait

une gorge transparente

limpide sous 

la nuée de plomb

 

on effiloche

des fibres pâles

avant le jour

 

on délie 

 

quelques voyelles atones

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 27 novembre

 

cette lumière là

cristalline

prise au drap de la neige

vient secouer ses échardes

sur les lisières

 

rien n'éveille les talus

la terre gelée

 

puis le chant

d'un oiseau infime...

 

on dirait un filet de sang

 

coulant de la fente d'une pierre

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 28 novembre

 

désenclavement de la lumière

portée serrée sous les nuages

 

on protège la flamme

 

le vent nous bouscule

tord les ruisseaux sanguins

cogne les pierres

 

on se souvient d'un oiseau

dans le nid des mains

doux frémissements

 

au cœur des bourrasques de vent

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 29 novembre

 

une limaille de neige

crisse entre les dents

 

les craquements lourds

sous les pieds

font émerger une voix

qu'on ne reconnaît pas 

rauque et entravée 

de lambeaux d'absence

 

on se souvient 

que quelqu'un pleurait

au bord d'une nuit

 

on voudrait remonter

vers l'amont du sel

et au-delà

 

marcher sans sol

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 30 novembre

 

sur un pont d'obscur

tendu entre froid 

et grisaille d'aube

on trébuche on

se cogne à la chair dure de l'air

 

aveugle on cherche un corps élégué

qui taillerait passage dans

éboulis de gorge rauque

figés par le gel

 

graviers de mots désagrégés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 1er décembre

 

dans la nuit

pelletées de neige

éparpillées par le vent

refluent en plein visage

 

pourrait-on écrire

par poignées de mots

dispersées par le souffle?

 

On ne sait pas quand

est venu le jour

on remuait la neige et

un peu de lumière

 

avec les mêmes mains

________________________________________________________________________________________________________

samedi 2 décembre

 

avaler vent et neige

 

on suffoque

sous les rafales

 

ce qui nous échoit

dans la lumière blanche

est un caillou de souffle

poncé jusqu'à l'écharde

 

on construirait 

des maisons d'air glacé

 

on abriterait

des forêts de bêtes

sous des ramures

 

déchiquetées

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 3 décembre

 

on donne

mains et mots

à l'haleine du vent

un peu apaisé

comme on étendrait

un drap de fatigue

pour le sécher des bourrasques

 

quand on retourne 

le livre des morts

il s'illumine soudain

du reflet de

la partition incandescente

des nuages

 

on sait que quelques visages

retrouveront un instant

 

un peu de rouge aux joues

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 4 décembre

 

gris immobile du jour

comme on étend

un sable fin

 

les mouvements sont les oiseaux

 

on devrait 

porter une plume échappée

jusqu'en haut de la montagne

peindre le silence qui attend

 

dans son étoffe blanche

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 5 décembre

 

un silence 

comme la marée lointaine 

de l'air

 

on scrute

le gris pâle du ciel

 

peau et lisières effacées

on est la brume blanche

posée sur le sommet

de la montagne

 

une tige infime

vibre

 

sur une note basse

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 6 décembre

 

certains

avanceraient vers leurs reflets

au visage de la montagne

lissant l'orangé de la neige

qui s'éclaire d'une lumière solaire

avant le jour

 

d'autres

marcheraient têtes hautes

vers les embrasements

cherchant à se couvrir de

vêtements de feu à 

brûler toutes

 

leurs lettres mortes

________________________________________________________________________________________________________

jeudi 7 décembre

 

peut-être que

la clarté blanche

qui tremble sur la montagne

reléguant les ombres au bas des pentes

est une vapeur

stagnant encore sur

corps endormis

sur lits de terre 

 

révolus depuis longtemps

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 8 décembre

 

visage effondré de pleurs

on enfournerait 

le délabrement

des pains du jour

dans la nuit

entre les gris sombres

qui boursouflent les nuages

 

mains obscures 

mêlées à la fonte des pierres

on se laverait

avec le cristal pourri

 

de la neige

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 9 décembre

 

grêle qui court

en avant des nuages

ou peut-être 

dans la mémoire

 

enfants

se mettaient à plusieurs

pour pousser

les lourds rouleaux de neige

 

cagoules tirées sur les visages

 

on ne reconnaît plus

la peau lisse sur les joues

les bouches enfouies

sous la laine

 

on ne sait plus

laquelle on était

parmi ces voix

 

qui riaient un peu

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 10 décembre

 

en cherchant l'étoile invisible

dans un fouillis de brumes 

on s'est approchée de l'écorce

transparente

qui couvre

un enfant...

clarté translucide

filet de voix

dans un souffle infime

 

soulevé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________

lundi 11 décembre

 

la lumière des lampes

de l'étable

comme un lait gras

et sale

s'écoule

se mêle à la neige cariée

 

on entend

entre deux rafales de vent

les plaintes des bêtes

ou peut-être des hommes

anciens

brisés par l'obscur

 

la pluie

en vain

 

lave les eaux boueuses

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 12 décembre

 

la faim

est un chemin d'échines courbes

 

elle couvre

son souffle froid

de grandes capes de cendres

heurtant la soif blanche

 

de la neige

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 13 décembre

 

nous donnons

jusqu'à notre souffle

au fleuve de la neige

qui file au ras du sol

sinue

rebondit contre les pierres

 

au vent nous abandonnons

yeux et

respiration

 

nous avançons

front buté contre des murs

de vapeur déchirée

un sable acéré

 

à la place des mots

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 14 décembre

 

on se sépare déjà

des oripeaux de la neige

 

on se retrouve là

vêtue d'informe

butant contre le vent

pleurant des pluies glacées

 

on imagine

des tailleurs de nuit

raclant l'obscur

creusant la boue

repoussant vers l'amont

 

de hauts murs de neige sale

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 15 décembre

 

on tombe un peu

neige grise

glace opaque

 

on ressasse des pentes

difficiles et

les plans inclinés de la nuit

qu'on ne gravit

 

jamais

_________________________________________________________________________________________________________

samedi 16 décembre

 

neige et froid

déploient leurs blancheurs

 

même les mots

sont enfouis

et figés par le gel

 

un rayon de soleil

trace une ligne de lumière

sous le ciel sombre

illumine

les vagues de neige

soulevées par le vent

 

("écir" est le nom du vent

 

qui soulève la neige)

_________________________________________________________________________________________________________

dimanche 17 décembre

 

chuchotements

d'un peu de feu

fusant à travers

une faille

dans des nuages

gris

très sombre

 

silence et

immobilité de l'air

un bruissement de rivière à peine

comme un épuisement

halte du souffle

là où repose

 

un corps

 

_________________________________________________________________________________________________________

lundi 18 décembre

 

quand les oripeaux sont

détrempés par

pluie et neige

nous sentons la peau

étroite

devenir

un parchemin

page laminée

par le froid

 

nous effaçons

3 mots illisibles

rendons luisante

la surface de nos mains

pour nous y

 

regarder

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

mardi 19 décembre

 

on croisera

des ombres blanches

 

certaines

s'appuieront sur un bâton

frapperont la neige

 

d'autres 

disparaîtront dans l'air

 

quelque chose nous soustrait aussi

dans les vêtements du blanc

 

et la neige craque sous d'autres pas

_________________________________________________________________________________________________________

mercredi 20 décembre

 

est-ce qu'on ferait

linceul à la montagne

de cette grande masse de brume blanche?

 

nous

couchons notre langue

dans le sens du vent

nuages qui coulent...

 

les ferrailles embrasées du ciel

au soleil levant

sont clôtures de feu

nous

 

nous taisons

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

jeudi 21 décembre

 

voilà qu'un frère

d'oubli

erre dans la brume

 

on cueille

ses éraflures blanches

 

on en fait un bouquet

où cacher le regard

 

enfouir 2 mains de paille

dans des duvets d'oiseaux

 

rien ne s'écrit

des encres de brume

sur un long corps blanc

 

qui s'effile

_________________________________________________________________________________________________________

vendredi 22 décembre

 

cocon de cendre pâle

refermé sur

le cirque glaciaire

 

on songe 

à l'envol de

2 bras immenses

qui se rejoignent

au-dessus de la tête

 

ou peut-être

les 2 ailes

d'un oiseau blanc

marée d'écume et de silence où

 

on respire

_________________________________________________________________________________________________________samedi 23 décembre

 

on resserre

un collier d'ombres

sur des restes de nuit

 

frotter

les croûtons de pain noir

contre la bruine

 

acide sera

notre salive

mordra le fer sombre

 

du jour

________________________________________________________________________________________________________ 

la porte du noir

obstruée par la nuit

heurtée par

un petit corps qui

re

sur le talusune laine encore

qui gonfle et estompe l'air

 

glissée sous 

les pierres

sous les racines des arbres

elle soulève

une lumière solaire

autrefois disparue

 

un flambeau allumé

embr

 

on retourne les nuagesune lai

qui gonfle et estompe l'air

 

glissée sous 

les pierres

sous les racines des arbres

elle soulève

une lumière solaire

autrefois disparue

dans des braises épaisses

 

quelqu'un dessinera des croix

dans les cendres fro

qui gonfle et estompe l'air

 

glissée sous 

les pierres

sous les racines des arbres

elle soulève

une lumière solaire

autrefois 

 

 

la porte du noir

obstruée par la nuit

heurtée par

un p

 

 

on s'effraie d'un commencement

de donner un nom aux choses

 

on songe à écrire quelques mots

quand le soleil décline

quand il n'éclaire plus

qu'un versant de la vallée

 

avec cette pente de lumière

ocre vif

puisé aux fougères fanées

on s'incline

 

on rentre dessous la peau

en terre souterraine

où naître était

un épuisement

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on berce le drap du silence

 

des enfants se couchaient

dans les flaques

et les creux des rocs

dans les nids abandonnés

et ils

disparaissaient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

cerf et ombre

avancent sur la lisière

 

on est

n'est pas

pierre

d'un peu de froid

rassemblée

d'un

manteau de cendres

recouverte

 

on est

taillée de nuit

 

 

tranchée de mort

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

quelques graviers remués et un oiseau

 

lire le ventre du ciel

vocabulaire de silence

 

on était dans la main de l'écriture

 

une autre main nouait

les mots

 

nous ne ferons plus glisser les pierres

 

jusqu'au bas de la page

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on ne peut retenir ce roc

lentement submergé

par le flux du crépuscule

 

sur une berge

on rampe dans l’entaille creusée entre

une ombre accroupie et

une ombre debout

arbre mort criant des ordres

             

plantant des corps debout

des forêts de

bâtons

secs

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on est taillé de terre

mutique

 

voix obscures

sondant les puits

à l'inverse du jour

touchant  roche et

                             celle qui

                             pleurait des enfants

                             perdus

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

nuque courbée par

lueur de lune

nous ne pouvons que

labourer l'ombre épaisse  du ciel

tombée sous nos pieds

 

de quel corps

soulevons-nous une page

couverte de signes

 

indéchiffrables?

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

voix noires des corbeaux

et sous les lisières

l'avancée des cerfs

 

quelque chose nous construit

de matière d'espace

 

langue rauque

est notre sang

 

de qui serions-nous

 

le bâton nocturne?

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on attend que s'ouvre

le beau livre de pierre

 

la rouille aura encré les lettres

 

le carré des morts est silencieux

 

on voudrait construire les noms

 

en paille d'obscurité

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

regarder

efface le ciel

 

une demie toile d'ombre

et un brouillard

gris

 

quelques corps en nous

se souviennent

 

de la reptation

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

un cerf marcherait dans la rivière

en bas

 

dans l'invisible...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________

 

 

une volée d'oiseaux

ouvre les doigts de

l'éparpillement

 

dans l'oubli de la cendre

on souffle sur des poussières

                          de lumière

 

un labour d'automne

enfouira

les graines et les voyelles

dans notre terre

 

détériorée

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

au-dessus de la tranchée obscure de la vallée

on dit

"entropie"

un corps de sable

répandu

quand on observe chevreuil oiseaux

quand

 

la lumière monte du sol

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

ruines que porte la terre

friches et

fougères fanées

 

on s'enroule dans

des vêtements déchirés

 

ce qu'il manque à la voix

                             au ciel

est un trou dans l'écriture

      une trouée

 

      de lumière

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on dit "cendre bleue"

pour une couleur d'aquarelle

 

pourrait-on dire "cendre rose"

pour ce ciel

qui reflète le couchant?

 

que peut-on faire

avec du rose à glisser entre les mots?

 

mais on se retourne soudain

sur une crainte ornée de fleurs

 

les doigts serrant un tissu fragile et satiné

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

dans des tissus de laine

nous berçons un oiseau mort

 

nous multiplions les rivages

sols de lenteur

 

nous avançons interminablement

portant contre nous

l'étoile éteinte

 

notre sève ancienne

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

on est ce corps

qui effraie un chevreuil

qui porterait le sang

 

on raye

le nom

la langue

 

on dormira sur une paillasse

d'herbes

aigres

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

le soir

à contre-courant du vol des corneilles

voyelle grise

à peine un mouvement de gorge

silencieux

 

lentement

on plie les linges

du jour

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

est-ce qu'on songe encore

à des  terres 

rouillées par la lumière?

 

on est assise devant le mur

de la nuit

 

 

qu'est-ce que vivre?

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

la cime de la forêt

est une ligne d'écriture

noire sur ciel clair

 

tracé de quels

mouvements imperceptibles?

 

on voudrait parcourir

des souterrains

où penser n'est encore

qu'effleurements

grains de pollen sur une lèvre

 

le cercle silencieux de la langue

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

certains replient

des bâches emplies de gravats

 

certains ferment des portes

 

on range le soir dans de grandes caisses

d'espace

 

on empile les feuilles

mortes

 

quel corps chavire

dans l'absence?

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

comme une toile rugueuse

d'ombre et de vent

nous couvre et nous dépouille

la nuit blanchit la pierre

 

tu boiras le lait du sel

 

et une rivière d'épines

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on a raccommodé les berges

entre lesquelles coulait

un fleuve noir

 

immenses seraient

mains déversant la cendre

tressant les fils

 

on ne connaît plus les lisières

 

peut-être marche-t-on

sur un chemin de nuages

avec le vent

 

contre le visage

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

incultes sont nos mains

sous le vent

gris

 

nous les froissons

sur nos visages

crépusculaires

 

quand quelqu'un pleurera

des rivières couleront

dans chacune de nos paumes

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

les lambeaux d'un

enfant de brume

marchaient dans la mémoire

où flambaient

les feuilles mortes

 

son souffle bat lentement

contre notre tempe

et quelque chose

trace une voie

imperceptible

devant nos pieds

 

obscurs

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on se glisse dans un roc

à demi effacé

sous un vieux

manteau de laine

 

alors on a les mains calleuses

un corps rugueux

 

on bêche la terre

du soir

 

sous des bourrasques de vent

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

l'arbre est debout dans

longue blessure fossile

 

pourquoi donner nos mains

à l'entaille

perdre langue?

 

c'est dans un livre ancien

que la sève suinte

sang opaque de la mémoire

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

des bêtes nocturnes

creusent des terriers dans

des friches obscures

 

un peu de poussière est

estompe de clarté

aride

au bord des yeux

 

on s'éclaire avec

quelques cristaux de sel

tombés

 

sur la terre

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on gravit l'ombre jusqu'aux

arbres

cortège des pleurants

 

ne tracent pas

de chemin

 

marchent sans sol

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

quand les oiseaux noirs

disparaissent  dans l'ombre

on replie

les livres

et les linges boivent

le sang

jusqu'à une terre

de cendres

sans

 

un reste d'enfant

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

l'un vient frapper

à la bordure du toit

sous l'ombre envolée

 

vieilles ardoises et

lichens secs dans

un récit ancien

 

on fermait les yeux

on suivait

 

le semeur du froid

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

est-ce qu'on pense

à une peur d'enfance

quand on s'enfonce dans l'ombre

de la vallée?

 

suspendre le souffle

était une île étroite

courir l'aurait submergée

 

on garde en soi

imprononcé

le nom de

l'enfant abandonné

esquisse au bord des lèvres

 

sa silhouette transparente

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on soulève

la pierre recluse

secouant

ses hardes de salpêtre

et de poussière

 

on la porte là-haut dans la lumière...

 

mais l'ombre absorbe

le sel gris de la soif

le vent

cloue ses pieux de froid

dans la matière friable

 

de la terre

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

écrire

est-il un chemin carrossable?

 

on traîne

des lambeaux déchirés

alourdis de terre

entend cahoter

des masses compactes

derrière soi

contre les pierres

 

les encres

tombent

en poussières noires

 

 

où puiser l'eau d'écrire?

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on porte

la lettre des sangs

partagés

dans le halo

de la lumière lunaire

 

derrière une moisson de nuages

on s'échine à

ramasser

des poignées de terre

quelques cailloux acérés

des fragments de toisons

 

égarés...

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on est peut-être

ce grand corps noir

ployé par

la lumière de lune

 

on veille sur

la tombe étroite

de l'enfant mort

posée dans nos deux mains

 

contre la terre obscure

stagne une odeur de pailles

fermentées

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

plaie d'énigme dans le soir

 

entaille blanche de la brume

qui monte de la vallée

 

nous donnons nos bras au crépuscule

pour que la pluie les lie

 

nous recousons mot sur mot

au bord de

 

la bouche   silence

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

sous des

basculements de nuages

on cloue des caisses de froid

réveillant les rocs

des chiens de nuit

entassés au bas des pentes

 

rauques ils sont

concrétions des sangs versés

 

ils remuent des chaînes obscures

et lèchent la rouille des mains

 

alors on verse

sur le sol

les restes des encres

 

oxydées

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on secouait tout le jour

de grands draps de toile brute

 

on songe à celle

dont les mains se fissuraient dans l'eau glacée

celle

dont les cris

étranglaient un enfant craintif

au bord d'un puits

 

on frappe encore

un feutre épais contre

 

le mur du froid

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on ne connaît

celui qui sert les cordes

sur un chargement d'air

raclant le sol

vers l'horizon

 

rocs de basalte qui tombent

en avant sur la voie

et rivière

celle

qui mange les reflets

celle

qui couvre ton visage de noire

 

transparence

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

jour et ombres

effilochés

confondent leurs gris

 

quelque chose là-haut

pleure depuis la cime

 

on trace des lignes

verticales des

rideaux de neige

 

quelque chose lape en bas

les relents de l'humide

 

viendront

les bêtes du froid

qui nous

 

emporteront

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on a vu l'oiseau

emporter l'espace

avec lui

 

on reste sans sol

bouche portée au blanc

de la brume

 

quelqu'un retient

toutes les tiges

les cerfs-volants d'air

jusqu'à l'usure

 

brins de cordes

rompus

friches du seigle

 

retournées

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

eux là-bas

aveuglés par la bruine

s'en vont viennent

oripeaux du vent en plein visage

 

butent contre

une lumière de salive sale

 

traînent leurs vêtements dans la boue

ceux qui couvrent le soir de vieilles usures noires

 

ceux qui n'ont pas de pieds...

 

il y a des brouets d'herbes acides

et de nuit

qui montent du sol

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

combien de corps

désarticulés

sous des cassures de ciel

d'où déferle la nuit?

 

trouvera-t-on

des débris de mots

parmi les hurlements du vent

qui disloquent

l'arbre noir?

 

 

 

 

 

___________________________________________________________________

 

 

 haute gorgée de nuit

qui tombe des sommets

 

on dit:

"un brouillard noir"

mais c'est la terre

qui lève l'encre

 

dans l'air

la neige est grise

 

on renverse la montagne

pour boire à sa coupe

une colère

qui gronde dans la forêt

secouée par le vent

________________________________________________________________________________________________________

 

 

charbonneuses forges de vent

attisent

immenses brasiers

de pourpre et de suie

 

roulement interminable des rocs

arrachent

noirs quartiers de terre

bousculent troncs morts

corps équarri

souffle déraciné

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

l'un

accroupi contre les vieilles pierres

resterait encore

dans l'attente des troupeaux

portant cendres

à sa nuque

 

il prierait sans fin

pour un cortège d'avant le jour

renverserait le lait

sur la terre

 

mêlée d'un peu de neige

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

des tracés dans le ciel

puisent au souvenir

d'une main malhabile

s'efforçant de dessiner

... 

la mer

 

enfant soudain 

voyant ses

gestes et corps

éteints en

lui

jardin

inculte

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on puise une seule brume

et l'écume de l'obscurité

 

on enduit les fronts

marquant les corps qui

marcheront pendant la nuit

au son des

sonnailles claires

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

elles étaient

posées

au bord du ciel

feuilletant

les dictionnaires du monde

 

on marchait 

la matière du soir

 

brume et

lumière solaire

se confondaient: 

au loin

vapeur luminescente

poussée par le vent

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

les arbres migrateurs

devant le feu du ciel

cohorte noire

 

on remonte le long 

du cortège

rivière inverse

 

il nous faudra

des yeux de bêtes

pour lire le noir 

et des bourrasques dans les bras

pour renverser la terre

avals vers amonts 

amonts vers avals

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on revient

d'un brouillon de mémoire

 

des bribes de gestes

entrent dans 

la danse lente du feu

 

dans quel corps

reconnaître la lumière

comme le reste écarlate

de la soustraction du jour?

 

est-ce que ce sont des mains

qui tirent  sur 

les écheveaux de la nuit?

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

dans les cavernes obscures

qui s’alignent au bord

du crépuscule

on enveloppe des corps

dans des cordages d'encre

 

on cloue des caisses

 

on entasse des mains

sur le dessus

en guise de couvercle

fermé

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

c'est un chargement de lumière lointaine

au ciel dans les nuages

qui roulent et s'accumulent

tombant au gouffre

d'étouffement

 

perdant le souffle

il

berger de brume

entasse les pierres et

les bêtes 

mêlant les corps

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

il y avait

flèches d'arbres

gribouillis de branches

encre et

déroulements de sources nocturnes

un miroir d'eau

captant le ciel

entier

où on s'écorche

à une pointe de lune

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

un quignon de froid glacé

nous érode le visage

 

on voudrait remonter

depuis des ténèbres invisibles

des pelletés de terre

des fourgons de rocs

d'autres noirs 

 

nos doigts sont égarés 

et ployé notre dos

 

le poids du fardeau

dans la nuit 

est notre nom

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________

 

 

on transporte avec soi

écharpe au corps

l'étoupe du soir

 

on frotte un peu

tête haute

à des soupçons de sang

étirés dans le ciel

 

on voudrait croire que

la mémoire est cerclée de rouille

mais on entend remuer

des fouillis d'ombre

dans les caisses

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

avec les doigts gelés

on soulève la neige

on cherche la terre

 

sous des paupières noires

les jours éteints sont accumulés

des relents aigres

qui troublent les regards

 

la neige est grise

dans les mots du crépuscule

la neige est cendre

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

une carrière de pierres blanches 

en soi

 

la poudre de la neige

 

on se couvre

d'un manteau de froid

cendres au bout des manches

 

soulever

un fragment de ciel

comme une coupole

 

on célèbre

une langue cristalline

balayant repoussant

les copeaux des mots équarris

sous la raide toile du gel

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

là-bas

péniblement

contre le vent

avance

bouche emplie de 

poignées de neige de

poignées de neige

 

caverne comble et

bouche comble

 

immenses montagnes grises

s'effondrent en silence

et toutes les nuées de nuit

déferlent...

 

péniblement

dans la nuit

disparaît

quelqu'un

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

quelqu'un lève haut

tout un récif de pieux acérés

clameurs d'arbres et

silhouettes noires

comme fagots serrés

de bras et de branches

où s'écorche la pénombre

tombant du ciel

 

on est

hampe élevent

ce chiffon de toile grise

figé par le gel

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

blancheur aiguisée de la neige

et le froid arase le visage

 

même les mots

sont réduits à

presque rien

poussières glacées

 

cristaux infimes 

de ce qui se tait

soulevés par le vent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

nous étions éteules 

restes de nos souffles abrasés

 

nous ne savons plus

suivre la voie

de la lampe éteinte

du crépuscule

 

nous cherchons éclats 

et tessitures de galce

 

nous avançons sur les genoux

usant même

notre ombre

invisible

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

nous ne savons pas nous défaire

de ces paquets de ruines

que nous traînons avec les pieds

 

cela nous tient

dans l'obscur

 

une mèche seule

encore

dans la montagne

capte un peu de lumière

 

nous songeons à celle

qui traînait l'eau

dos rompu

 

nous savons que nous l'appelons

dans notre visage

inconnu

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on porte

ciel et transparence

et on porte

le sable des sédiments

dans un même corps

 

il est 

sablier entre jour et nuit

où coule

une poussière rouillée

par l'âcre rouage des heures

tombées sur le flanc

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

vient une sombre heure

dans les chiffons du vent

qui claquent

 

le ciel rabattu sur les sommets

 

on s'efforce de tenir droite

dans l'air froid

une herbe grêle

tirée d'une poche

 

comme l'un

élevait un jour

un bâton

gravé des encoches

des ombres abattues

________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

l'obscurité gèle

au contact de la neige

 

nous peinons à

avancer

creusant dans 

un brouillard noir

 

les failles sont

des voix anciennes

résonnant encore

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

recueillir la pluie

dans ses plus lointaines coupelles

d'absence

sans ciel et sans visage

 

on est le pont des plaintes grises

 

la rivière jette ses flots

contre les berges

et noie les pierres

 

on tourne un brouet de neige

fondue

une eau mêlée de nuit

un peu de terre

 

on croit à un 

basculement de la langue

sur le bord de la nuit 

tourmentée

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on est là

rivière seule

et

reflet de nuit

disparu

en avant de la nuit

 

au cœur des bourrasques de neige

on aspire le vent

par goulées

cherchant un corps

buvant

les noms mêmes 

du corps

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on a le geste de tailler

des pieux de neige

comme on chercherait à élaguer

des buissons de mots

 

dans le fossé

silencieuse

l'eau coule sous la glace

 

on ne sait pas

s'il reste un peu de sang

dans la clarté de la neige

 

les ombres se rétractent

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

noires charpies du vent

s'étranglent

dans des tranchées

de souffle rauque

 

grains de neige gelée

frappent le visage

 

on voit quelqu'un

 

yeux bouche emplis de neige

une statue de plâtre friable

dessinée sous

les paupières froides

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on voudrait resserrer contre soi

les manteaux du crépuscule

mais des grands pans de feutre

sont déchirés par le vent

 

quel serait l'enfant

qui s'attacherait à son mât

de rêves

s'envolerait vers

un autre ciel?

 

un

enfant

va

d'une caverne chaude

à

la transparence aveugle

d'un corps

de ciel

 

________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on ne sait pas si

le rose un peu

au ciel

mobile

poussé par le vent

pourrait être drap de flanelle...

mais si froid

 

que les bêtes s'y cassent

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

on suit quelqu'un qui avance

devant nous

un dos courbé

mains 

de branches noueuses

 

dans l'ombre

on ne sait plus si

cette silhouette obscure

marche

en avant de nous

ou si elle nous pousse

dans sa langue

tue

nous traînant sur le sol

de notre mémoire

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

quelqu'un

serait une lampe

fouillant la neige

du crépuscule

 

son dos

s'embrase un instant

avant la nuit

 

nuages opaques là-haut

qui tombent dans

un puits de lumière

creusé dans l'obscur

 

mais où s'en vont

ceux qui entendent des pleurs

araser sans fin

les horizons?

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

il faudrait

poser une main

sur la crête noire de la forêt

 

dans un lieu qui n'existe pas

on abrite des bêtes

qui vivent sans nous

 

on porte

visage devant la scie du froid

 

certains mettront le feu

à la glace du soir

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

brouillard qui repousse

l'obscurité

gris opaque

à la place de la nuit

 

peut-être que

nous entendrons

des voix souterraines

ou d'autres

suspendues à des branches

mortes

agitant des

chiffons de cendre

 

dans l'air épais

peut-être que nous sortirons par

une lointaine porte d'ambre

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

déjà 

les livres de nuit

la cendre du brouillard

glissée entre les pages

 

posée comme 

étoffe de laine sous

le feu du ciel

elle étouffe le brasier

recouvre les braises

de sa poussière pâle

 

on retient les mots dans

le tunnel de la voix

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 

 

une laine encore

qui gonfle et estompe l'air

 

glissée sous 

les pierres

sous les racines des arbres

elle soulève

une lumière solaire

autrefois disparue

 

 

 

 

_________________________________________________________________________________________________________

 


Pour lire le Journal d'écrire , cliquer ici.